Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 12:10

Canosio, vous connaissez ?

C’est un charmant village du Piémont italien, qui offre la particularité d’être jumelé avec Montfroc.

Canosio-00

Vous ne le saviez pas ?
Pourtant la presse a rendu compte de cet événement…

Suivez ce lien pour voir l’article de la Provence

 

Pourquoi ce jumelage ?
Voici ce que disait Jean-Noël dans le discours de bienvenue à la délégation italienne lors de la cérémonie de jumelage, en octobre 2012…

« Lorsque j’ai proposé à Jean-Michel et à son conseil municipal le projet de jumelage de Canosio et Montfroc, j’avais deux objectifs. Le premier était de réunir deux villages de même grandeur et ainsi permettre aux habitants de s’ouvrir vers d’autres horizons. Le deuxième était de faire renaître les liens très étroits qui unissent nos deux villages car il existe une histoire entre Canosio et Montfroc et c’est de cela que je veux vous parler. Beaucoup d’ouvrages ont été écris pour raconter l’histoire des relations entre Piémont et Provence.
Nous savons qu’à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle, dès l’automne, les piémontais traversaient les montagnes pour venir en Provence faire du commerce et assurer ainsi les besoins de leur famille restée au pays. Ainsi est né un échange et une migration de population.

C’est dans ce cadre là qu’en 1914, mon arrière grand père Simone PONZO, venant de Canosio, est arrivé à Montfroc avec sa femme Lucie née ISOARDI et cinq de ses enfants. Il a acheté une maison et y a installé un magasin de vêtement et tissus et une cordonnerie tenue elle par son fils Joffre. Les autres enfants se sont mariés et installés dans la région. Une de ses filles, Lucie, déjà mariée était restée à Canosio et habitait avec son mari Chiaffredo à la maison Pasero à la colle San Giovanni. De ce mariage sont nés en Italie 4 enfants : Anna, Laurenzo (mon père), Natale et lucia. La vie était dure à Canosio et leur regard était tourné vers Montfroc où la vie semblait plus facile.

En 1927 Laurenzo qui avait alors 11 ans est parti seul, clandestinement, pour rejoindre ses grands parents à Montfroc, mais il a été pris par la douane et ramené à Canosio. Il a fait une nouvelle tentative et cette fois, dans le froid il a franchi la Gardetta et a pu s’échapper caché au milieu d’un troupeau de moutons. Il est arrivé à Montfroc et a vécu chez une tante. Ses parents, frère et sœurs sont arrivés eux en 1929. La famille était enfin réunie. Ils ont acheté une ferme et s’y sont installés. Jusqu’à sa mort, en 1993, mon père n’a jamais quitté Montfroc.

Voilà l’histoire que je voulais vous conter, qui nous lie pour toujours, c’est celle de ma famille, de mon père et c’est pour ne pas oublier que j’ai voulu ce jumelage. »

 

Alors, quand, en août, Jean-Noël m’a proposé d’accompagner les habitants de Montfroc qui se rendraient à Canosio pour participer à la fête votive, j’ai saisi l’occasion d’aller découvrir ce petit coin d’Italie…

Mais, il nous avait préparé une surprise. Pour retourner là-bas, il souhaitait mettre ses pas dans les pas de son père et c’est donc à pieds, en partant du Col de la Madeleine et en passant par la Scaletta que nous avons rejoint l’Italie…

Vous pouvez suivre sur cette carte

- le trajet que nous avons suivi, en jaune,

- le trajet qu'il nous reste à faire, en bleu...

Vous pouvez aussi repérer les points des panoramas...

Carte Canosio-Points Panorama

Voici, en images, le récit de cette traversée,

pleine de surprises…

 

Il est 7heures et demi quand nous nous retrouvons
au col de la Madeleine…

Canosio 01

 

Jean-Noël nous montre sur la carte
le trajet qui nous attend…

Canosio 02

 

Il fait juste jour et on se met en route. Cap au Nord.

Canosio 03

 

Nous commençons par une longue montée, et Jean-Noël surveille son troupeau.
Il ne voudrait pas en perdre dès le départ…

Canosio 04

 

Derrière nous, nous laissons la vallée de l’Ubaye,
qui est déjà en plein soleil…

Canosio 05Panorama 05

 

Aucun problème. Le chemin est parfait, même si nous avons encore un peu froid, à l’ombre…

Canosio 06

 

Nous arrivons pour assister à la sortie du troupeau de son enclos. Un bon millier de bêtes se lance dans la montagne, accompagné des bergers et des chiens. Ils partent pour la journée et reviendront dormir ici, à l’abri des prédateurs…

Canosio 07Panorama 07

 

Près de la source les ânes eux aussi sont au repos.
Pour ne pas les perdre, ils portent des sonnailles…

Canosio 08

 

Nous allons prendre cap à l’Est,
vers le lac et le col de Roburent…

Canosio 09

 

Le chemin court le long de la montagne, en pente douce. Derrière nous, le Bec du Lièvre…

Canosio 10Panorama 10

 

Jean-Noël a l’œil à tout…

Canosio 11

 

Et c’est lui qui nous montre notre première marmotte...

Canosio 12

 

Nous rejoignons le troupeau qui avance doucement dans les alpages…

Canosio 13

Il s’est étalé sur tout l’espace qui s’offre à lui…

Canosio 14Panorama 14

 

Nous approchons de la frontière avançant au milieu des brebis et des moutons
comme l’a fait Laurenzo il y a 86 ans…

Canosio 15

 

Nous arrivons au lac de l’Orrenaye.
Notre point de départ était à 1900 mètres
et nous sommes maintenant à 2411 mètres…

Canosio 16

 

Chacun reprend des forces,
il nous reste une petite montée avant la frontière…

Canosio 17

 

Il fait beau et
« les marmottes qui ont fini de mettre le chocolat dans le papier d’alu »
font un brin de causette…

Canosio 18

 

Nous reprenons notre montée…

Canosio 19Panorama 19

 

Canosio 20

 

Nous voici arrivés à la frontière.
Ils sont en Italie, et je suis encore au Royaume de France. Nous sommes partis un peu avant 8 heures et il est 10 heures. Nous sommes à 2496 mètres…

Canosio 21

 

Quand nous passons en Italie
les marmottes se font moins timides…

Canosio 22

 

Nous redescendons vers le lac supérieur de Roburent…

Canosio 23

 

Canosio 24Panorama 24

 

Canosio 25

 

Si cela continue, on va pouvoir caresser les marmottes…

Canosio 26

 

En quittant le lac, nous montons dans la pierraille
vers le col de la Scaletta…

Canosio 27

 

Et les marmottes nous regardent en souriant…

Canosio 28

 

En prenant un peu d’altitude, nous découvrons sur les bords du lac les vestiges de deux camps militaires italiens. La zone était bien surveillée. Ce n’était certainement pas facile de passer sans se faire remarquer…

Canosio 29Panorama 29

 

Et notre dernière marmotte profite du soleil…

Canosio 30

 

Les derniers mètres en montée avant le col…

Canosio 31

 

En arrivant là-haut, nous découvrons les restes des lignes de barbelés qui marquaient la frontière.
C’était un obstacle de plus à franchir…

Canosio 32

 

Sur le bord du chemin une plaque de blindage pour un fortin. Pourquoi et comment est-elle arrivée là ?

Canosio 33

 

Nous sommes au col de la Scaletta, à 2614 mètres,
le point le plus haut de notre promenade. Il est 11 heures. Jean- Noël s’assure que tout va bien pour tout le monde…

Canosio 34

 

Nous redescendons vers la vallée d’Unerzio…

Canosio 35Panorama 35

 

Canosio 36

 

Nous voyons notre premier edelweiss…

Canosio 37

 

Jean-Noël prend un bain de jouvence en regardant le paysage qui est beaucoup plus tourmenté que dans notre vallée…

Canosio 38Panorama 38

 

Il est temps de faire une pose pour le déjeuner.
Il est midi.
Ici, les edelweiss poussent en bouquet…

Canosio 39

 

La descente n’est pas plus facile que la montée…

Canosio 40

 

À gauche part la vallée d’Unerzio, où nous allons nous arrêter, et à droite, les montagnes qu’il nous faudrait encore franchir pour rejoindre Canosio…

Canosio 41Panorama 41

 

Jean-Noël s’assure qu’il n’a perdu personne en route…

Canosio 42

 

Le retour des arbres montre que nous sommes bien descendus…

Canosio 43

 

Et, pas de doute, une Madone.
Nous sommes bien en Italie…

Canosio 44

 

Retour à la civilisation.
Les vaches nous regardent passer, sans bouger…

Canosio 45

 

Nous sommes au point de rendez-vous.
Jean-Noël nous laisse encore le choix.
Soit nous rentrons en voiture,
soit nous reprenons notre marche…

Canosio 46

 

D’ici part le chemin qui mène au col de la Gardette, et ensuite à la vallée du Preit où se trouve Canosio. Nous sommes à peine à mi parcourt. Nous sommes redescendus à 1955 mètres et le col de la Gardette, à un peu plus d’une heure de marche est à 2450 mètres…

Canosio 47

 

Mais, nous ne voudrions pas faire attendre nos amis, qui doivent être un peu plus bas sur la route, et nous allons rentrer en voiture et prendre le temps de regarder le paysage…

Canosio 48

Canosio 49

 

Et le temps, nous allons l’avoir, car, nos petits camarades se sont simplement perdus dans les allées d’un centre commercial, et nous devrons encore descendre quelques kilomètres, en suivant la route, pour avoir le plaisir de les retrouver…

 

Nous pouvons ainsi prendre le temps de penser à la promenade de l’année prochaine. L’idée serait de faire le trajet en deux étapes. Une première étape comme celle que nous venons de faire. Passer la nuit dans un refuge et reprendre la promenade le lendemain jusqu’à Canosio…

Canosio 50

 

Le projet est à l’étude…

Nous faisons confiance à Jean-Noël
pour nous organiser cela…

Partager cet article

Repost 0
Published by Yvon - dans Promenades
commenter cet article

commentaires

Latil chantal 13/06/2016 13:09

Je me souviens de la famille paserosurtout de laurent,mon mari max m en parle beaucoup je ne savais pas son parcourt cela m a boulverse de savoir que ce petit garcon avait tout ce chemin!mais je pense que beaucoupde zones d ombres subsitent a monfroc?j aimera revenir u jour sur la terre des ancetres de mon petit mari bon courage jean noel pour la suite a montfroc !

Yvon 01/07/2016 10:43

J'ai passé votre message à Jean-Noël...
Pour le moment il donne beaucoup de son temps et de son énergie à la commune :-)

ALLEMAND Edwige 19/10/2014 17:22


Je suis la petite-fille de simon PONZO. J'étais à la recherche de renseignements sur le passé de mon grand-père. J'ai appris beaucoup de choses notament qu'ils étaient 7 enfants nés pour la
plupart à Canosio....Mon grand-père qui est décédé en 1974 quand j'avais 16 ans ne parlait pas beaucoup de son passé, pourtant j'étais tout le temps à le suivre et j'ai vécu toute mon enfance
avec lui notament quand il était garde champêtre à ventavon. J'allais avec lui et le suivait pendant qu'il travaillait. Il est vrai qu'en ce temps-là on ne parlait peut-être pas beaucoup de ces
choses là ou peu-être que lorsqu'on est enfant on ne s'interesse pas à ces choses là. Cependant je me rappelle avoir vu et entendu beaucoup parler de Montfroc de Laurent et de Marinette. Il y a
un an j'ai eu l'occasion avec mon mari d'enfin parcourir la vallée du Jabron avec mon mari. Nous sommes passés par beaucoup de villages dont j'ai beaucoup entendu parler par Yvonne ma grand-mère
qui est décédée plus tard, Curel, Montfroc, les ommergues, Séderon. Malheureusement, je n'avais pas beaucoup de repères pour retrouver des traces de passages et de lieux notament à Curel. Je
pense y retourner tantôt en essayant de trouver plus de traces de mes ancêtres. Je suis ravie de ce jumelage entre Canosio et Montfroc et aimant aussi la randonnée je partage par vos photos 
l'enthousiasme de cette merveilleuse traversée de France vers l'Italie sur les traces de votre père. Je termine en vous envoyant toute mon amitié.

Yvon 10/11/2014 13:04



Nous avons fait cette traversée sur les pas du père de Jean-Noël Pasero...


Je n'étais qu'un invité, autorisé à participer à ce moment si particulier...


N'hésitez pas à vous manifestez si vous passez dans la vallée...


 



Présentation

  • : Le blog des Omergues
  • Le blog des Omergues
  • : Pour en savoir toujours plus sur le village des Omergues, situé dans la haute vallée du Jabron
  • Contact

Vous avez la parole...

Recherche

Par la fenêtre du bureau...

C'est l'été...

Un peu partout le soleil brille...

Ce matin, un ciel presque blanc
nous annonce une belle journée,
sans nuage...

 

    En cliquant ICI,

vous avez le diaporama des photos publiées

dans cette rubrique...

 

 

Agenda de la Vallée

Pour celles et ceux qui cherchent une informations précise,

Vous pouvez aller sur

L'agenda de la Vallée du Jabron

Catégories