Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2018 1 12 /03 /mars /2018 11:33

Nous nous levons presque avec le soleil, et nous profitons du spectacle offert par l’envol des ballons. Demain ce sera notre tour…

Notre hôtel se situe à la limite entre le « New Bagan », ville moderne, pleine de poussière, et le « Old Bagan », ville ancienne, pleine de temples et de pagodes oubliés…

Quand nous rejoignons notre guide, ce dernier nous propose de modifier le programme, pour le rendre plus attractif. Cela nous convient parfaitement…
Nous commençons notre visite par le temple Titsawadi

Nous allons apprendre à découvrir, dans le temple, quelques éléments de référence que nous retrouverons dans les autres temples que nous visiterons à Bagan…

Ici, le cœur du temple est occupé par un pilier central autour duquel on trouve quatre différentes statues du Bouddha, chacune orientée vers un point cardinal…

Ce temple est construit sur trois niveaux, et on peut accéder à la plateforme du 1er étage par des escaliers intérieurs, placés dans deux des piliers d’angle…

C’est depuis cette terrasse qu’on a la plus belle vue sur les vieilles pierres de Bagan…

L’intérieur du temple était totalement recouvert de stuc peint…

Mais c’est en regardant aux endroits ou le revêtement est tombé qu’on découvre une particularité essentielle de cette construction, la disposition des briques.

Elles sont posées à plat, et en se chevauchant. Mais, première particularité, régulièrement, il y a une couche de briques posées verticalement, et cette couche est renforcée par une pierre d’angle. Et seconde particularité, les briques sont posées avec une couche extrêmement fine de mortier…

Ces particularités font partie des points clés pour la protection des bâtiments et leur reconstruction dans le respect des mesures prises pour le classement du site à l’UNESCO. Ce classement va certainement limiter la possibilité pour les touristes d'escalader les bâtiments, ce qui provoque trop d’accident et de dégradation. Ceci est très bien expliqué dans cet article

 

Nous reprenons notre balade en nous rendant au marché de Nyaung Oo où les locaux viennent chaque jour vendre et acheter des produits frais et d'autres marchandises. Quand nous arrivons le marché est encore très animé, mais nous avons laissé passer l’heure de pointe, entre 7 heures et 10 heures, quand les ménagères de moins de 60 ans viennent remplir leurs paniers…

Côté légumes il ne manque rien…

C’est en admirant ce superbe panier qu’on peut pardonner à nous amis anglo-saxon d’appeler « eggplant » notre belle aubergine…

Il est important de suivre en temps réel le cours des denrées alimentaires…

Côté marché aux fleurs, on ne s’en fait pas. Il est important d’honorer le Bouddha d’un beau bouquet, et on ira lui offrir ce soir ce qu’on n’aura pas vendu, pour qu’il nous aide demain à faire une meilleure journée…

Côté viande, le porc est en promotion, et on pourra s’offrir de beaux travers de porc grillés, aux épices…

Le cabri a fini de sauter partout…

Et si le menu est plus frugal, on pourra toujours se contenter d’une soupe de pattes de poulets

Bien sûr, on peut aussi revenir à des valeurs plus classiques, souvenirs de l’occupation anglaise, un peu de Black Pudding, et même de quoi préparer une panse de brebis farcie…

Les touristes profitent du marché pour faire le plein de souvenirs et d’exotisme…

Ici les feuilles qui vont servir à la préparation du bétel

Et là, des larves grillées. Larves de quoi ? Je ne sais pas !
Notre guide m’a assuré que c’était « comme des petits crevettes ». Je veux bien le croire sur parole.

Une particularité de ce marché : si on peut acheter « de tout, un peu », on peut aussi se fournir en plus grande quantité, en particulier en ce qui concerne le riz…

 

Nous poursuivons la balade par la visite de la pagode Shwezigon

Nous commençons par découvrir la pagode sur deux grands tableaux…

Le premier nous donne tous les détails de l’architecture du « Hti ». Je vous laisse découvrir…

Le second nous présente la Pagode et son histoire. Bonne lecture…

Mais quand nous arrivons sur l’esplanade de la pagode, surprise !
Elle a mis son bonnet et on a du mal à la reconnaitre.
En fait, ils sont en train de redorer tout le haut de la Pagode, et il faudra revenir dans quelques mois pour la voir briller au soleil…

Nous commençons notre visite en même temps qu’un groupe de pèlerins locaux, en costume traditionnel pour la plupart. S’agit-il d’une sortie « paroissiale », ou « d’un club de 3ème âge », nous ne le savons pas, mais ils étaient très en forme…

Dans la première salle visitée, une statue du Bouddha, de petite taille, trône, seule dans une niche murale. Mais la richesse de la salle tient dans son dallage, fait de carrelages au décor floral très coloré…

 

Dans la salle suivante, nous découvrons deux étranges statues. Ce ne sont pas des représentations du Bouddha par des artistes Incas, mais la représentation de Thagyamin, le roi des Nats et du dieu indou Indra…

Ce sont des Nats, alors, on peut les couvrir d’argent frais, comme offrande,

Ce qu’on ne fera pas avec Le Bouddha qui est seul dans sa grande salle, au sol et au plafond richement décorés…

Autour du grand Stupa central, on trouve un nombre important d’autres temples et monuments, chacun abritant une statue du Bouddha qui aura des vertus particulières…

Il y a une très vieille porte, qui se regarde comme une bande dessinée. Elle présente les arts de la danse et de la musique en l’An 1000 environ…

Il est temps de partir, car avec le soleil Anne semble avoir pris «  la grosse tête »…

 

Nous rejoignons le temple Htilominlo

Difficile d’avoir une vue dégagée sur le temple dans son ensemble, car, les marchands du Temple sont bien installés…

Le temple est en briques, et on retrouve la méthode de construction avec rangées de briques verticales.

Le temple était recouvert de stuc, qui a presque totalement disparu à l’extérieur…

Aux portes, on retrouve les « ogres », et les gardiens du Bouddha…

À l’intérieur, le revêtement est toujours là, mais les décors sont effacés…

Le corridor qui permet de faire le tour à l’intérieur du temple est étroit, et il y a souvent beaucoup de monde. Alors, on a mis un sens giratoire, mais à l’anglaise. On rentre à gauche et on ressortira à droite…

On peut voir par endroits, la façon très particulière dont sont posées les briques pour faire la voûte. Notre guide est très fier de nous présenter ces détails qui sont très importants, car ils expliquent pourquoi certains temples comme celui-ci n’ont pas trop souffert jusqu’à présent des tremblements de terre, alors que d’autres ont été presque totalement détruits…

On peut voir aussi la façon dont est faite la restauration. Les briques de cette voûte étaient posées verticalement, pratiquement sans mortier, l’une contre l’autre, et taillées en biseau. Mais lors de la restauration on a utilisé des petites briques, posées à plat, et le joint de mortier est presque aussi épais que la brique. Cela présente un affaiblissement et un risque pour un futur tremblement de terre…

On retrouve par endroit le détail du décor mural, très coloré…

Nous faisons le tour du temple, admirant les quatre statues du Bouddha…

 

Quand nous retournons dans la cour de la pagode, nous apercevons, devant un magasin de souvenirs, deux femmes de l’ethnie Padaung, aussi connu sous le nom de Karen. Ce sont ce qu’on nomme « des femmes girafes ». Sont-elles à leur place ici, je n’en suis pas certain, même si c’est pour promouvoir la vente de leurs productions artisanales…

Je ne m’autorise pas à les photographier,
juste vais-je voler quelques clichés…

 

Après discussion avec notre guide, nous décidons de continuer la balade. Cela nous permettra de profiter d’une pose à l’hôtel un peu plus longue au moment de la pleine chaleur, ce qui ne sera pas plus mal…

Nous nous rendons au temple Ananda.

Les entrées sont gardées par des « Chintes », plus récents…

La base du temple est décorée d'une double rangée de plaques de terre-cuite illustrées de scènes des Jataka.

Un couloir intérieur fait le tour du temple. Les murs sont ornés de centaines niches qui contiennent des statues du Bouddha, représentant autant d’offrandes…

Ce couloir est fermé par d’immenses portes en teck…

 

Ce couloir permettant de rejoindre les corridors en croix qui éclairent les quatre immenses statues du Bouddha. Les murs de ces corridors sont décorés de fresques millénaires. Mais, pendant la guerre, ces temples ont été habités, et la fumée ne fait pas bon ménage avec les fresques. Le bâtiment est sous le contrôle de l’Unesco pour sa protection et sa restauration et il est interdit de prendre des photos avec flash…

Par endroit, les dégâts causés par les tremblements de terre permettent d’admirer la technique de construction des voûtes…

Avant d’arriver au Bouddha, on rencontre les gardes. La symbolique est très clair : main gauche : « arrête-toi », main droite : « prosterne toi et prie »…

Les statues font plus de 9 mètres de haut chacune. Elles représentent les quatre Bouddhas qui ont atteint « le nirvana »…

Une particularité, ces statues expriment des sentiments. Si vous les regardez à une certaine distance, elles sourient. Mais quand vous vous rapprochez ce sourire s’estompe, et le Bouddha prend un air plus sérieux...

 

Nous rejoignons l’hôtel où nous allons pouvoir nous reposer un peu avant de reprendre les visites…

Notre après-midi commence par la visite d’un atelier de laque

Nous n’y connaissons rien de rien, alors, la visite commence par un petit cours..

La laque est un produit naturel, extrait d’un arbre, par scarification de l’écorce, pour le saigner, comme pour le latex…

Les couleurs sont issues de produits naturels et préparées sur place. Chaque atelier a ainsi sa gamme de couleur…

La laque est déposée en très fines couches sur le support. Pour les objets comme coupelles, bols ou vases, le support est un assemblage de très fines lamelles de bambou. La laque à la particularité en séchant de recouvrir totalement le support en l’imprégnant et en le rendant imperméable tout en gardant sa souplesse…

Il faut appliquer au moins 9 couches de laque sur les objets avec à chaque fois au moins une semaine de séchage. Avant d’appliquer la couche suivante l’objet est très délicatement poncé…

Une fois le laquage terminé, l’objet doit être décoré. C’est un travail de précision, réalisé dans un silence total et dans une grande concentration par de jeunes femmes, sous le regard bienveillant de la « Dame de Rangoon »…

Avec un stylet, elles grattent la surface de la laque, puis déposent un pigment et le fixent avec une résine tirée de l’acacia…

Combien de jours seront nécessaires pour réaliser le décor de ce vase ou de ce plateau ?

On trouve ici et là dans l’atelier des objets qui attendent d’être terminés…

Nous passons ensuite dans la salle d’exposition, pour faire nos achats…

Mais, il est interdit de photographier, car ces modèles sont uniques. Promis, je ne vais pas les reproduire…

 

Nous quittons notre voiture et notre chauffeur pour une petite calèche qui va nous emmener dans les chemins de l’ancien Bagan, pour découvrir les temples...

Ils apparaissent, ici et là, au milieu de la nature. Un grand nombre sont en travaux suite au dernier tremblement de terre…

Certains sont même totalement fermés, car il n’est pas possible pour le moment de les sécuriser…

 

Il est à peine 16 heures 30, mais déjà les premiers touristes prennent place sur les temples pour admirer le coucher du soleil. Ceux-ci sont certainement des pro, car il y a un matériel très important déjà en place…

Pour se promener sur ces chemins de terre, les deux moyens privilégiés sont la voiture à cheval, que nous utilisons aujourd’hui et le deux roues que nous utiliserons demain…

Nous rejoignons le dernier temple que nous visiterons aujourd’hui…

Après nous avoir montré toute la journée les bons principes d’architecture et de construction mis en œuvre depuis plus de mille ans, notre guide se devait de nous montrer ce qu’il ne fallait pas faire, et qui pourtant a été fait lors de la réhabilitation de certains temples à l’époque de la junte militaire…
Ici les briques ont été posées l’une sur l’autre, parfaitement alignées, mais sans aucune cohésion de l’ensemble. On a plaqué une façade sur les murs anciens, sans créer de liaison entre les éléments. Résultat les murs se séparent…

Là, pour refaire la voute, on s’est contenté de refaire la façade et on a bourré derrière un tombereau de déchets de briques. Résultat, sous la poussée, la façade est tombée…

 

Il est temps de rejoindre notre poste d’observation pour notre premier coucher de soleil sur Bagan. Il s’agit du site d’une ancienne fabrique de poteries. Des fouilles ont été effectuées et ont permis de dater l’activité initiale vers 500…

Mais, attention, tout ce qu’on voit sur ce tumulus ne date pas de cette époque…

Le temple voisin est déjà couvert de touristes. Cela sera certainement bientôt interdit, car cela pose de gros problèmes de sécurité, de protection des bâtiments et aussi, malheureusement de respect des règles dans les temples. On devrait créer des écoles de tourisme pour apprendre aux visiteurs à bien se conduire…

Le soleil est encore bien haut, mais il commence à colorer les temples…

On suit en silence sa course, et à chaque instant on pense que c’est maintenant le plus beau…

Mais c’est encore plus beau l’instant d’après…

Les derniers rayons du soleil se reflètent au loin sur la « Bagan Viewing Tower ». C’est cette « erreur » construite du temps des généraux, pour permettre aux touristes fortunés de l’époque d’admirer le soleil couchant sans se mêler au peuple, qui a retardé jusqu’à maintenant le classement du site au patrimoine de l’UNESCO

Le soleil disparait derrière les montagnes, et les temples se voilent dans la brume du soir…

Le soleil est couché. Tout s’endort jusqu’à demain matin. Normalement je devrais commencer ma journée en admirant le lever du soleil depuis une montgolfière…

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Annie 17/03/2018 18:14

On s'y croirait, tellement le récit est vivant et bien à propos! Quel beau regard sur le marché et l'artisanat... Et que dire de tous les chefs d'œuvre que sont les temples et autres constructions, pleins de trésors artistiques et historiques...

Yvon 18/03/2018 13:28

Merci Annie,
Il est toujours difficile de rendre par écrit ou en photo tout e qu'on peut ressentir, ou sentir :-)
Ce voyage se poursuit, avec toujours le même plaisir de la découverte...
Bises

Nanou 12/03/2018 23:30

Wahou !!!!! Bises à vous deux

Yvon 15/03/2018 13:43

Et oui, c'est un voyage qui nous a vraiment comblé, car nous avons découvert tant de belles choses
et des gens exceptionnels...
Bises

Camille 12/03/2018 15:47

…"Ici les briques ont été posées l’une sur l’autre, parfaitement alignée, mais sans aucune cohésion de l’ensemble. On a plaqué une façade sur les murs anciens, sans créer de liaison entre les éléments. Résultat les murs se séparent"…
HI hi hi, C’est exactement moi, aujourd’hui… avec l’ordinateur. Gros problèmes pour suivre, le voyage. Mon objectif est de découvrir, la suite de ce voyage. J’ai confiance, j’ai la solution (cachée, peut-être, mais elle est là). Ce que j’ai aperçu, dans ce récit, m’incite à trouver la liaison.
Avec des bises, je dis : à bientôt.
P.S : C’est étrange, un blog, ça nous oblige à avancer… et pourtant c’est difficile.

Yvon 15/03/2018 13:40

Merci Camille,
Pas de doute tu vas trouver une solution à ton problème d'ordinateur, car c'est vrai, c'est indispensable pour nous suivre dans notre voyage...
Bises

Présentation

  • : Le blog des Omergues
  • Le blog des Omergues
  • : Pour en savoir toujours plus sur le village des Omergues, situé dans la haute vallée du Jabron
  • Contact

Vous avez la parole...

Recherche

Par la fenêtre du bureau...

Après presque trois mois de régime sec, elle est revenue...
Un petit orage hier soir, pour nous mettre dans l'ambiance, et ce matin un temps gris et humide...

Pas de doute, l'automne approche à grands pas...
Ce matin, toutes les odeurs de la nature venaient se mélanger pour notre plus grand plaisir...
Terre humide, feuilles séchées, et cette odeur de miel que développent la nature qui reprend vie...

    En cliquant ICI,

 

vous avez le diaporama des photos publiées

dans cette rubrique...

 

 

Agenda de la Vallée

Pour celles et ceux qui cherchent une informations précise,

Vous pouvez aller sur

L'agenda de la Vallée du Jabron