Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 13:21

Vous le savez peu-être, une réunion publique
aura lieu le 29 avril à Séderon
pour manifester contre la fermeture
d'une des trois classes de l'école du village...

 

Nous avons déjà, l'année dernière été obligé
de manifester pour que la commune soit classée
en "zone sensible" sur le plan de la santé...

 

Vous connaissez les problèmes rencontrés en ce qui concerne les connexions internet...

 

Alors, nous pouvons reprendre la chanson de France Gall :

"Quand le désert avance
C'est la vie qui s'en va
La faute à pas de chance
Ou dieu qui nous foudroie"

 

Pour vous permetre de mieux comprendre le problème que pose cette fermeture de classe, voici la copie de la lettre adressée par les parents d"élèves à Madame le Ministre de L'éducation nationale...

"

                                                                                                     Séderon le 18/04/2015

 

Madame le Ministre,

 

Malgré notre courrier du 23/03/2015 adressé à la Direction des Services Départementaux de l’Education, la décision de fermer une classe dans notre Ecole Intercommunale de Séderon (Drôme) a été prise le 7/04/2015.

Cette décision a non seulement été prise sans tenir compte de notre courrier pour lequel nous n’avons reçu aucune réponse, mais en plus, elle a été prise à notre insu. En effet, nous étions prévenus d’un risque de fermeture de classe ou d’un possible regroupement entre plusieurs écoles, mais en aucun cas d’une fermeture ferme et définitive aussi rapide.

Certes notre effectif va passer de 48 à 43 élèves, mais nos enfants ne peuvent pas être considérés comme des chiffres. Cette décision occasionne de graves conséquences à plusieurs points de vue.

Tout d’abord, et c’est sans doute le plus important, nous avons dans notre école plusieurs enfants handicapés qui nécessitent un suivi particulier et qui éprouvent de grosses difficultés et retards scolaires. Certains devraient être placés dans des instituts spécialisés et ne le sont pas faute de place ou parce que nous sommes trop loin. D’autres devraient recevoir une aide spécifique à l’école, mais qu’ils ne reçoivent pas car l’hiver, faute d’équipement pour la neige, les intervenants ne se déplacent pas. Cette situation est inacceptable pour nous. Non seulement elle isole les enfants concernés, mais en plus elle ne donne pas à nos enfants la même égalité des chances que tout autre enfant dans une autre école. En effet, le professeur doit donner plus d’attention aux enfants en difficultés. En supprimant une classe pour une baisse d’effectif de quelques enfants, on surcharge des classes déjà en difficulté. Ces enfants ne peuvent pas être comptés comme des enfants « normaux ».

Ensuite, notre commune a été placée en zone dite « fragile » pour la santé. Sans développer ce point, nous pensons que nous devrions considérer la zone fragile pour l’éducation également. Nous vivons en milieu rural où la première ville se situe à plus de 35km.

Un collégien doit chez nous faire plusieurs heures de bus pour aller en cours. Un lycéen doit aller en internat et se séparer de sa famille la semaine. Même si c’est le choix de nos familles de poursuivre nos activités dans l’agriculture plutôt que de nous rapprocher des zones urbaines, nous souhaitons le meilleur pour nos enfants. Nous souhaitons qu’ils poursuivent des études. Mais ces contraintes pèsent lourd  et nous devons leur donner le goût de l’apprentissage dès le primaire. Aujourd’hui nous avons des enseignants de qualité, capables de motiver nos enfants, mais qu’en sera-t-il dès l’année prochaine ? Un enfant qui sera dans une classe de 23 élèves avec 4 niveaux sera livré à lui-même si l’instituteur doit en plus se concentrer sur les élèves en difficulté. A la maison bien souvent les enfants  peu suivis scolairement car les parents ont des professions aux conditions très rudes, où les journées de travail font bien souvent plus de 15h. Quel avenir pour ces enfants ? Est-ce que cela veut dire que l’on doive tous abandonner l’agriculture et nous rapprocher des zones urbaines, délaisser les campagnes, la ruralité, la culture à la nature que l’on essaye sans cesse d’inculquer à tous est ici une réalité.

Quel est l’avenir pour nos villages ? Si un poste d’instituteur est supprimé, c’est encore une famille qui s’en va. Si une classe est fermée, ce sont des familles qui baissent les bras et déménagent. Ce sont des zones entières que se désertifient, des villages sans médecin, sans Poste, sans gendarmerie,…

Oui nous avons choisi une certaine qualité de vie, mais quel est le prix à payer de ce choix. Il devient de plus en plus cher. Alors aujourd’hui nous disons NON. NON à la fermeture d’une classe et non à toutes ces conséquences désastreuses.

Une réunion publique se tiendra :

MERCREDI 29 AVRIL 2015 A 18H30 A LA SALLE DES FETES DE LA MAIRIE DE SEDERON

De nombreux élus locaux et nationaux, ainsi que la presse, nous ont confirmé leur présence. Nous vous demandons de bien vouloir nous soutenir dans notre combat.

 

Dans cette attente, nous vous prions d’agréer, Madame le Ministre, l’expression de nos salutations distinguées.

"

Aurons nous le plaisir de voir Madame le Ministre lors de cette réunion ? Nous le souhaitons...
 

La défense de la ruralité est un vrai sujet d'actualité, et une ruralité sans docteur, sans école, sans gendarmes, ou sans poste n'est plus qu'un village dortoir, comme nous commençons à la voir s'épanouir dans nos campagnes...
 

Aujourd'hui, c'est Séderon, en Drôme Provençale...

Mais dans combien de temps les mêmes problèmes se poseront dans notre Vallée...

Alors, nous aussi nous pourrons chanter :

"Et le désert avance
Plus personne n'y croit
C'est notre déchéance
L'impossible combat
Quand le désert avance"

Partager cet article

Repost 0
Published by Yvon
commenter cet article

commentaires

NICOLAS 24/04/2015 07:00

Bonjour à tous,
Et bien bonnes nouvelles! Nous commençons à avoir des retours. Et pour répondre à Pierre, il semblerait que les lettres soient lues.
En effet hier, coup du fil du Directeur de Cabinet de la Senatrice Mme Monier qui nous fait part de sa présence à la réunion du 29 et que Mme la Senatrice va également contacter Mme le Ministe en soutien à notre courrier.
Puis 1h plus tard, appel du Directeur de Cabinet de notre Député, Mr Mariton, qui nous fait part et copie du courrier de ce dernier à l'Inspection Académique de Valence et de Nyons, leur demandant de bien vouloir prendre en considération les arguments que nous avançons et de laisser la classe ouverte.
Nous sommes très satisfaits déjà. Mais bien sur ça ne suffit pas. Seul le résultat compte. Alors on continue, on y croit et on se mobilise tous le 29 à 18h30.
Le Dauphiné Libéré et la Tribune seront là également.

Yvon 13/05/2015 16:17

Tu as raison sur toute la ligne...
Il faut, bien sûr, se mobiliser contre toute atteinte à ce qui fait la qualité de vie dans nos régions...
Mais, comme tu le dis, il faut aussi forcer nos élus à avoir des idées pour aujourd'hui, mais aussi pour demain...

Gorge Rémi 24/04/2015 16:49

Bonjour Nicolas, c'est bien que cela bouge au niveau des élus, mais pour combien de temps ? Rappelons nous la gendarmerie, au début c'était sa fermeture complète et définitive, les élus et les habitants ont manifestés, il y a eu un recul, la fermeture a été reportée, ensuite il y a eu une permanence,et pour finir plus rien....si le casse du distributeur a Séderon !!!!
Manifesté pour dénoncer les restrictions budgétaires dans la santé ou l'éducation, dénoncer la logique de profit dans les services publics !!!!!! tout cela est louable....Mais insuffisant, Il faut parallèlement réfléchir dans chaque village, au sein de la Communauté de Communes, pour augmenter le nombre d'enfants, de façon durable dans le canton. Sinon dans quelques années il y aura la fermeture de l'école avec toutes les conséquences pour l'avenir des habitants.
La fermeture de cette classe est une alerte, il est grand temps d'agir
.

Pierre Decoooninck 22/04/2015 17:15

La désertification des zones rurales et montagneuses est un réel problème, avec un effet boule de neige.
Il faut accepter un coût un peu plus élvé pour maintenir en vie les espaces et ne pas appliquer sans discernement la méthode des quotas !
C'est bien d'envoyer une lettre, de faire des réunions, mais cela ne dérenge personne et souvent les lettres ne sont pas lues !
Alors il faut faire parler de soi dans les médias et pour cela il faut par exemple occuper l'école et empêcher son fonctionnement ! que les enseignants se plaignent auprès de l'acacémie ... alerter les correspondants des journaux, FR3, ..., les élus locaux et nationaux, ... , les réseaux sociaux, faire du bruit, déranger,

NICOLAS 22/04/2015 11:20

Bonjour à tous,
Une coquille s'est glissée dans le texte de la lettre. La réunion publique aura lieu mercredi 29 avril à 18h30 et non à 19h30.
Mobilisons nous tous contre la fermeture et ses nombreuses conséquences. Tout le monde est concerné. Venez nombreux et faites passer l'info.
A mercredi 29 à 18h30

Yvon 22/04/2015 16:27

Oups, c'est corrigé...
L'affiche était juste, seule la lettre à Madame le Ministre est erronée...
Elle risque d'arrivée un peu en retard... :-)

Blanc 20/04/2015 14:23

Manifester certes... Déjà, bien dit Cécile, cette situation dure depuis des année (fermeture de la maternité à Sisteron par exemple) , A cette époque très peu d'élus nous ont soutenus. C'était le début de la mort du service public. La mort des services en général et du service public en particulier ne peut qu'entraîner la désertification de nos territoires ruraux et ce n'est pas Internet qui empêchera cela. Que fait-on pour inciter les familles à rester ou à s'installer? Rien, bien au contraire on est en train de supprimer le peu d'aides qu'elles avaient . On prend pour excuse la baisse des dotations et les premières aides à être supprimées sont les aides aux familles, à l'éducation, à la culture alors que d'autres ne sont pas touchées. Le changement, c'est pour quand? On veut une région vouée au tourisme, le lieu d’accueil des citadins déprimés, en manque de bon air ! On subventionne pour planter de la lavande afin que le paysage attire les touristes plutôt que d'aider les petits agriculteurs pour une agriculture variée et raisonnée. Est-ce la bonne solution pour refaire vivre nos villages?

Yvon 13/05/2015 16:22

Chaque exemple donné est un cas particulier...
Une commune offre ses terrains. Mais, encore faut-il qu'elle ait des terrains...
Des communes valorisent un "produit régional". C'est pour eux aussi une question de survie, car sans chèvres, pas de lait, et sans lait, pas de Banon... Cette année, la Foire au Fromage de Banon s'ouvre à la diversité avec les fromages de vache... Est-ce une ouverture, ou le signe de la perte d'une identité ???

Gorge Rémi 24/04/2015 18:15

Le bilan est lucide. Pourtant des solutions existent, comme ce Maire en Basse-Normandie qui propose le terrain a bâtir a 1 euro, ou le Maire d'Auzet au dessus de Digne 36 habitants en 1989, première délibération du nouveau conseil municipal; voulons nous gérer la mort lente du village ou lui redonner un avenir ?
Le village a maintenant 11 conseillers....
Ou encore ce plan d'action des communautés de Communes de Banon et Forcalquier pour l'installation d'éleveurs de chèvres, ou toutes les administrations compétentes, tout les villages ont été mobilisés dans un seul but installer des jeunes éleveurs !!!!
Les exemples sont nombreux en France ou des citoyens ont décidés de rompre avec la logique mortifère que nous impose la mondialisation, et ce n'est qu'ensemble que nous changerons nos destinées.

Yvon 22/04/2015 16:46

Le constat semble le même pour tous : cette situation dure depuis des années...
Donc, pourquoi manifester ? Est-ce utile ? Est-ce nécessaire ? Je ne sais pas ???
ta question semble être : "Que veut-on faire de notre région ?"
Mais, peut-être faut-il aussi se dire "Que peut-on faire pour notre région ,"...
Nous avons chois d'y vivre...

Cecile Gorge 18/04/2015 21:55

Cette situation est annoncee depuis bien des annees!!!
Qu'on fait les elus locaux pour y remedier?Y avait-t-il un arrivage massif d'enfants pour ouvrir l'ecole de St-vincent alors que Sederon etait deja en zone "rouge" et qu'une ecole etait deja implantee a Noyers? Bevons? Valbelle?
Comment se fait-il que ce SIVOS Sederonnais soit a ce point incapable de fournir plus de finances au bon fonctionnement de l'ecole, obligeant les parents d'eleves a faire don de leur temps pour rapporter de l'argent a Anim'age?
Enfin, comment expliquer le depart de familles installees sur le territoire? Que fait-on pour les aider a rester? Pour les empecher de partir?
Tant qu'une reelle politique d'ouverture, en concertation avec la population, ne sera pas mise en place sur ce magnifique territoire, il ne faudra pas s'etonner de cette "avancee du desert".
Que veut-on au juste pout cet espace? Le garder intact pour les loisirs, la chasse, les touristes? Le partager en y installant des artisans, agriculteurs?
Tiens, mais une manifestation existe deja qui reprend ce theme non?

Yvon 22/04/2015 16:40

Difficile pour moi de ne pas être d'accord avec toi sur la difficultés pour les familles de s'implanter dans nos campagnes :-)
Mais, difficile aussi de répondre à cette question "Que veut-on au juste pour cet espace? Le garder intact pour les loisirs, la chasse, les touristes? Le partager en y installant des artisans, agriculteurs?"
Je crois (encore) que les deux points évoqués ne sont pas antinomiques, mais complémentaires...
Nous devons installer des artisans, des paysans dans le respect de l'espace ce qui ouvrira la porte aux touristes, qu'ils soient là pour la promenade, la chasse la pêche ou tout autres loisirs...
Que veulent nos élus ?
S'ils pouvaient le dire, on aurait fait un premier pas vers une éventuelle solution...
Et pour finir, cette année, la manifestation à laquelle tu fais référence n'aura pas lieu,
mais, un "Syndicat D'initiative pour la Vallée du Jabron et la Montagne de Lure" va ouvrir ses portes...

Gorge Rémi 18/04/2015 20:31

Les touristes ne font que passer, c'est pas eux qui rempliront les écoles, et les bureaux de postes, et les épiceries et les maisons l'hiver d'autant plus qu'il y en a de moins en moins ......
Il n'y a pas de fatalité, la fatalité c'est l'alibi des lâches et ( ou) des fainéants, le salut passera inévitablement par l'acceptation de l'autre dans toute sa différence..........y a du boulot !!!!!!

Yvon 22/04/2015 16:34

Tu as raison Rémy, les touristes ne remplissent pas les écoles (le reste, oui, poste, épiceries et même hôpitaux ;-)
Mais, les touristes doivent permettre de fixer toute l'année les gens qui les accueilleront lors de leurs séjours...
Et comme tu le dis, cela passe par l'acceptation de l'autre...

Nanou 18/04/2015 15:08

Désertification programmée depuis longtemps !!! mais ils ne pourront plus venir en vacances dans ces beaux pays les gens des grandes villes s'ils ne nous aident pas à combattre pour la "survie" et la merveilleuse vie que nous avons dans les belles provinces françaises,

Nanou 22/04/2015 21:24

C'est juste ce que je dis si le désert avance il n'y aura plus personne pour accueillir qui ou quoi que ce soit, le tourisme fait vivre les locaux et pas uniquement moi, je ne suis pas plombière, pas maçonne, pas électricienne, pas boulangère etc.... Merci a vous tous artisans grâce à qui la vie est encore possible ici Nanou de la Viorne

Yvon 22/04/2015 16:32

Vous avez l'expérience...
J'ai encore l'espoir...
Tu sais, je pense (peut-être à tord) que les touristes n'ont pas leur place dans des villages vides...

Présentation

  • : Le blog des Omergues
  • Le blog des Omergues
  • : Pour en savoir toujours plus sur le village des Omergues, situé dans la haute vallée du Jabron
  • Contact

Vous avez la parole...

Recherche

Par la fenêtre du bureau...

C'est l'été...

Un peu partout le soleil brille...

Ce matin, un ciel presque blanc
nous annonce une belle journée,
sans nuage...

 

    En cliquant ICI,

vous avez le diaporama des photos publiées

dans cette rubrique...

 

 

Agenda de la Vallée

Pour celles et ceux qui cherchent une informations précise,

Vous pouvez aller sur

L'agenda de la Vallée du Jabron

Catégories