Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 07:42

Avant de quitter la ville nous allons voir le lever du soleil sur le lac.

Toutes les grandes villes ont un lac à proximité, car la gestion de l’eau potable est encore assez complexe.

Nous reprenons la route, et nous rencontrons une file de moines qui partent pour la recherche de leur premier repas de la journée…

Grands et petits vont ensemble. Un des critères pour qu’un petit devienne novice et parte chercher quotidiennement ses repas, c’est qu’il puisse d’une part réciter ses prières, et d’autre part, porter son bol…

La file avance à grand pas, et quand on a de petites jambes et qu’on rêve un peu il faut avoir des ailes pour les rattraper…

 

------
 

 

 

Nous arrivons au monastère de Kyaut Kalat. La pagode est sur un grand rocher pointu situé au milieu d’un lac. Le spectacle au matin est très beau, avec les montagnes encore dans la brume…

Nous empruntons la passerelle pour nous rendre sur l’île. Pour le moment, il n’y a personne ou presque, mais, cela va très vite changer…

Il n’est plus possible de monter au sommet du rocher. Nous nous arrêterons sur la plateforme à mi chemin…

Nous sommes accueillis par un « gardien » qui collecte les offrandes…

De la plateforme, on a une vue à 360 degrés sur ce qui nous entoure.

Le stupa sur la plateforme se sent un peu « écrasé » par la masse du rocher qui le domine…

On retrouve les arbres d’hier. Ce sont bien des frangipaniers, et ici ils commencent à fleurir…

On entend sur la plateforme un bourdonnement. En regardant de plus prêt, on découvre un superbe essaim d’abeilles. Les moines attendent encore un peu avant de récolter le miel. Ils viendront simplement cueillir le nid en laissant de quoi lui permettre de repartir…

Je vous ai dit que le lac qui entoure la pagode est sacré. Donc, pas question d’y pêcher. Mais, on peut trouver des petits arrangements. Ici, on a construit un second lac à côté du premier. Il n’est pas sacré. Alors, on laisse les deux lacs communiquer entre eux, et de temps en temps, on ferme le second, on le vide, et on récolte les poissons…

Nous rejoignons le bâtiment principal du monastère. C’est un centre religieux et social très important. Je suis surpris par la taille des cuisines, où les feux commencent à être allumés, mais il faut savoir que le monastère sert aussi « de resto du cœur ». De très nombreuses personnes de la région viennent ici soit pour donner, soit pour recevoir un repas, et les jours de fête, cela fait beaucoup de monde…

C’est un lieu religieux où se mélangent le spirituel et le ludique. On vient prier et s’amuser…

Et lui, rien ne le fera bouger, sauf la course du soleil, car il n’aime pas trop dormir au soleil, et, bien sûr, la cloche du repas à 11 heures, qui lui indiquera qu’il est temps d’aller manger…

 

-------

Nous reprenons notre route et nous allons suivre le cours de la rivière Salouen qui rejoindra la mer à Moulmein, but de notre trajet d’aujourd’hui. La région est très riche en culture. Et maintenant, nous traversons des rizières couvertes en cette saison de grands champs de cacahuètes. La Birmanie est auto suffisante pour un grand nombre de produits alimentaires de base dont le riz.

Nous allons rejoindre le village de Kawhnat, pour y visiter le monastère.

Nous sommes accueillis dans l’espace de la pagode par le fondateur du lieu. C’est entre 1880 et 1890, qu’U Nar Auk construisit ce monastère. C’était un « enfant du pays », né pauvre, qui a fait fortune dans le négoce du teck. Il s’est ensuite attaqué au monopole des compagnies anglaises pour le transport par bateaux à vapeur sur le fleuve Irrawady.

Les bâtiments sont superbes,

et en particulier le hall d’ordination…

Le lieu certainement le plus beau se situe dans le « Dipinkara Shrine ». Sous un dôme de verre et de glace, on peut admirer 5 statues de Bouddhas. Les deux plus grandes font plus de 4 mètres de haut et sont sculptées chacune dans un seul tronc de teck.


 

 

La beauté et la finesse des personnages nous amènent à nous poser une question
« Le Bouddha peut-il être une femme » ?
La réponse est simple
« Bouddha est un puits de sagesse. Il ne peut donc pas être une femme. Mais, Le Bouddha est le summum de la beauté, il peut donc être représenté avec la beauté et le charme d’une femme. »

Mais, cet endroit est avant tout un lieu de prière, et comme nous sommes dimanche, la foule est nombreuse.

Une autre particularité est la décoration intérieure. Les plafonds sont tous peints et le haut des murs est décoré de bas reliefs sculptés qui racontent soit des épisodes de la vie du Bouddha, soit des événements survenus en Birmanie à la fin du 19ème siècle.

Les offrandes s’accumulent devant les statues du Bouddha…

Et, surprise, une jeune femme s’approche d’Anne pour lui demander de faire une photo avec elle.

Puis c’est une famille et tout un groupe de jeunes. En fait, nous sommes juste « différents »…

En quittant la pagode, on constate que si beaucoup a été fait pour entretenir les lieux, ici et là, il reste des choses à faire…

 

-------------

Nous allons faire un tour dans le village. À l’entrée, un espace couvert sert de point d’ombre pour les visiteurs, et pour les anciens du village qui s’y installent pour discuter…

Le village ne présente rien de particulier, et les maisons plutôt simples sont sagement posées à l’ombre des temples et stupas du monastère.

Mais, un détail attire notre attention. Beaucoup de maison on un « bow window » très coloré. Renseignement pris auprès de Yan, il ne s’agit pas d’une simple fenêtre, mais c’est l’endroit où est installé dans la maison l’oratoire où chaque jour la famille va prier et faire de petites offrandes…

 

------------

Nous reprenons la route vers Mawlamyaing et nous faisons une halte à la grotte « Kha Yone ».  Cette grotte, est riche en représentation du Bouddha de toutes tailles, du plus grand au plus petit, et dans toutes les positions…

Les petits exvotos ont la particularité d’être très anciens. Les plus vieux datent du 17ème siècle.

C’est un lieu de prière très prisé des habitants de la région qui viennent ici pour mille et une raisons…

Voici ce qu’en dit
« The Rough Guide to Myanmar (Burma) »

 

-----------

http://img.over-blog-kiwi.com/1/48/86/30/20170418/ob_3d245f_jour5-80.jpgAprès le déjeuner et notre installation à l’hôtel nous rejoignons les rives de la rivière Salouen, pour gagner
« l’Ile du shampoing ». 

Nous longeons le pont le plus long de Birmanie.

Posée au calme au milieu de la rivière, l’île est aujourd’hui une sorte d’ermitage où vit un petit groupe de religieux, principalement des nones, et qui peut recevoir des visiteurs pour quelques heures ou quelques jours.

Première surprise, l’île est un paradis pour les orchidées et les fleurs. Il y en a des centaines, partout, de toutes les formes, de toutes les couleurs. Un ravissement…

Seconde surprise, l’île est un lieu ou on travaille le bois, et il sera présent tout au long de notre visite, soit sous forme brute, soit sous forme travaillée…

Et, les chutes ne sont pas perdues. Elles sont utilisées en décoration…


 

Nous partons à la découverte de l’île.

Autre surprise, blottis dans la nature, sous les arbres, des lieux de prières mettent le Bouddha en scène. On se pose, et on peut le rejoindre, ici ou là dans son enseignement…

L’île est minuscule, mais il y a ici plus de 70 stupas, et temples…

Nous quittons ce lieu de tranquillité où on ne s’empêche pas de penser qu’un jour, le bouddhisme sera universel. Est-ce cela le rêve de paix éternelle ?

Nous ne devons pas perdre de temps pour rejoindre notre prochain lieu de visite. Le soleil est déjà bas sur l’horizon et il fait briller les stupas de l’île…

 

-----------

Nous rejoignons la pagode Kyaikthanlan. Située sur une colline elle domine la ville. La journée a été longue, alors on va monter en ascenseur. Les touristes sont déjà installés sur la plateforme.

Je vais prendre le temps de visiter la pagode au soleil couchant…

Ici, on peut être jeune, belle, et venir le soir avec des amies prier à la pagode…

Là, un stupa est en reconstruction avec un très bel échafaudage de bambous…

La cloche sonne trois fois. Une none est venue remercier le Bouddha pour une action positive qui a marqué sa journée…

Le soleil se couche. On en profite en silence…

On fini de faire la visite…

En contrebas,  le monastère Kyaung Seindon Mibaya que nous irons visiter demain…

Il est temps de rejoindre notre hôtel. Les gardiens de la pagode sont là. Ils vont bientôt êtres seuls, car les visiteurs seront partis, et il n’y aura « plus un chat », sauf eux…

Pour finir, en faisant quelques recherches pour préparer cet article, j’ai appris que Kipling était tombé amoureux ici  à la fois d’une belle birmane et de la Birmanie. Cela lui a inspiré les premiers vers de son poème « Mandalay »

A Moulmein près de la vieille pagode,
regardant nonchalamment la mer,

Est assise une jeune Birmane
et je sais qu’elle pense à moi ;

On trouve dans Wiki, cette citation de lui,
que je trouve très belle et très juste, surtout aujourd'hui, où la religion veut être présente partout et contraindre tout…

« I love the Burman with the blind favouritism born of first impression. When I die I will be a Burman … and I will always walk about with a pretty almond-coloured girl who shall laugh and jest too, as a young maiden ought. She shall not pull a sari over her head when a man looks at her and glare suggestively from behind it, nor shall she tramp behind me when I walk: for these are the customs of India. She shall look all the world between the eyes, in honesty and good fellowship, and I will teach her not to defile her pretty mouth with chopped tobacco in a cabbage leaf, but to inhale good cigarettes of Egypt's best brand. (From Sea to Sea (1899) Volume 2 Chapter 2) »

Partager cet article

Repost 0
Published by Yvon
commenter cet article

commentaires

Quichottine 19/04/2017 09:49

Merci pour cette magnifique journée, Yvon.
C'est un voyage qui offre énormément de lieux splendides et différents.
J'ai beaucoup aimé ton reportage.
Passe une douce journée.

Yvon 24/04/2017 15:28

Merci de me suivre encore...
Je sais que j'ai perdu un nombre important d'amis sur le bord du chemin...
Je suis trop bavard,
c''est trop long à lire,
Et sauf mes souvenirs, cela n'a pas trop d'intérêt...
Bises

Présentation

  • : Le blog des Omergues
  • Le blog des Omergues
  • : Pour en savoir toujours plus sur le village des Omergues, situé dans la haute vallée du Jabron
  • Contact

Vous avez la parole...

Recherche

Par la fenêtre du bureau...

C'est l'été...

Un peu partout le soleil brille...

Ce matin, un ciel presque blanc
nous annonce une belle journée,
sans nuage...

 

    En cliquant ICI,

vous avez le diaporama des photos publiées

dans cette rubrique...

 

 

Agenda de la Vallée

Pour celles et ceux qui cherchent une informations précise,

Vous pouvez aller sur

L'agenda de la Vallée du Jabron

Catégories